Pour commander ce livre, cliquez sur le module bleu ci-contre Pour commander ce livre, cliquez sur le module bleu ci-contre

Retourne en Palestine Spécial

S'il vous sied de croire que, déjà au Moyen-âge, mus par une pulsion dévastatrice, les Juifs empoisonnaient les puits, propageaient la peste et immolaient des enfants chrétiens par pure perversité ; si vous êtes certains que ce peuple de poètes, d’écrivains, de scientifiques et de philosophes n’a pour vocation que d’accomplir les hallucinants Protocoles des sages de Sion – inutile de lire ce livre, vous croirez encore à de la propagande sioniste.

Si en revanche, vous êtes curieux de connaître le revers de la médaille, les dessous ( « dessous » parce qu’ensevelis sous des monceaux de mensonges ) des grandes et petites controverses qui alimentent le conflit israélo-palestinien depuis près d’un siècle, plongez dans cet ouvrage écrit avec un souci d’exactitude et non dénué d’une certaine effronterie – celle qui caresse l’évidence bien pensante à rebrousse-poil, et qui, à contre-courant des poncifs et des paresses de l’esprit, ne renonce pas. 

Samuel Nili

L’exode et les massacres imaginaires

Les données historiques et politiques mises à notre disposition par Samuel Nili, un Israélien né à Paris et vivant à Jérusalem, proviennent de toutes les époques de l'existence plusieurs fois millénaire du peuple Juif, et de toutes les phases du conflit israélo-arabe.

Nili démontre l’injustice, la gratuité de la diabolisation d’Israël. Tandis que les véritables occupations et massacres au Soudan, au Tibet, au Yémen, en Tchétchénie etc, sont pratiquement passés sous silence par les hommes politiques et les médias, la fable de l’expulsion des Arabes de Palestine en 1948, a fini par être acceptée pour une évidence. 

La vérité est inversée : Israël a tenté d’empêcher l’exode volontaire de ces Arabes. De très nombreuses déclaration arabes contemporaines de cet exode, et concordantes, reconnaissent que « la Ligue arabe exhortant la population à rechercher un refus provisoire dans les pays voisins, lui promettait qu'elle retournerait dans ses foyers sur les traces des armées arabes victorieuses, et qu'elle obtiendrait sa part du butin sur les biens juifs abandonnés ». Ces armées arabes croyaient pouvoir anéantir Israël à sa naissance même.

« Sabra et Chatila » est devenu synonyme de la fureur homicide des Juifs. La vérité est que les Phalangistes chrétiens et les terroristes palestiniens se sont affrontés sauvagement et entre-massacrés dans tout le Liban et que les Chrétiens se sont vengés à Sabra et Chatila des atrocités commises par les Palestiniens.

Les publications et sites islamistes colportent de soi-disant textes juifs, mais inventés de toute pièce par, exemple, ces adages talmudiques : « si un Juif tue un goy ce n’est pas un péché ». « Les Juifs peuvent mentir et se parjurer si c’est pour tromper ou faire condamner un non-Juif »… Or, ces « perles noires» de la littérature morale Juive sont tout simplement extraites d’un faux rédigé par un religieux catholique lituanien profondément antisémite, Justin Bonaventure Pronaitis et publié en 1892 en latin.

La nature des ennemis d’Israël

Un autre faux, de célébrité mondiale, Los Protocoles des Sages de Sion et le Mein Kampf, la bible des hitlériens, ont retrouvé une nouvelle jeunesse dans le monde arabe. Ce sont des best-sellers à Gaza comme a Ramallah.

Les ennemis d’Israël et la communauté internationale condamnent d’une même voix la clôture de sécurité, ce « mur de l’apartheid » ou « de la honte » que les Juifs ont osé ériger

pour rendre plus difficile la pénétration en Israël des assassins palestiniens venant pour massacrer des femmes et des enfants. C’est dans ce même esprit qu’à l’époque des pogromes dans la Russie tsariste, la police restait l’arme au pied quand on tuait des Juifs et n'intervenait - contre les Juifs- que lorsque ceux-ci se défendaient. 

A Gaza et à Ramallah, mais hélas aussi à Amman et au Caire, et comme dans les enceintes sophistiquées de la vie internationale, on pratique la règle qu'avait énoncée Châteaubriand, et Josef Goebbels à sa suite: " Un mensonge répété souvent devient vérité ". 

La nature des ennemis d'Israël, aujourd’hui l’objet de toutes les sollicitudes, est occulté. Rappeler « la distribution de bonbons aux enfants et les manifestations de joie indécentes, filmées à Gaza à l’occasion du bombardement d'un camp de jeunes appelés " Israéliens " est taxé " d’arabophobie " ou de " raciste ". Tout comme l’évocation des " scènes de liesse dans les territoires palestiniens à la suite de l’attaque des tours du World Trade Center le 11 septembre 2001, tout comme lors de la guerre du Golfe, lorsque Israël était bombardé par les scuds irakiens ".

Souhaitons que ce livre "bleu-blanc" publiés par Samuel NILI soit lu par tous, y compris les antisionistes, afin qu'ils soient capables enfin de comprendre leur erreur.

Évaluer cet élément
(1 Vote)
Connectez-vous pour commenter
Retour en haut

  1. Notre Top 10
next
prev

Commandez ce livre

Catalogue

Blog

Publiez votre livre

On en parle...

Se connecter ou Ouvrir un compte